MUSIQUE


catherine piault, musique

Plus de 400 articles de recherche en neurochimie ont montré que jouer et écouter de la musique présentait des avantages évidents pour la santé physique. En particulier, la musique améliorait le fonctionnement du système immunitaire et réduirait le niveau de stress.

ocytocine, cortisol

La musique est de plus en plus utilisée comme outil d'étude de la cognition humaine et ses mécanismes cérébraux. La musique est liée à de nombreuses fonctions cérébrales telles que la perception, l'action, la cognition, l'émotion, l'apprentissage et la mémoire. La musique est donc un outil idéal pour étudier le fonctionnement du cerveau humain et l'interaction des différentes fonctions cérébrales. De nouvelles découvertes ont été obtenues dans le domaine de la plasticité corticale induite par l'entraînement musical. Les effets positifs que la musique sous ses diverses formes a sur le cerveau humain sain ne sont pas seulement importants dans le cadre des neurosciences fondamentales, mais ils affecteront également fortement les pratiques en neuro-réhabilitation.

«Nous avons trouvé des preuves convaincantes que les interventions musicales peuvent jouer un rôle dans les soins de santé dans des contextes allant des salles d’opération aux cliniques familiales», explique le professeur Daniel J. Levitin du département de psychologie de l'Université McGill ". Mais plus important encore, nous avons pu documenter les mécanismes neurochimiques par lesquels la musique a un effet dans quatre domaines:

  • la gestion de l'humeur

  • le stress

  • l'immunité

  • l'aide au renforcement des liens sociaux.

La musique stimule la production d'endorphines, qui sont des antidouleurs naturels, ainsi que la production de la dopamine qui active les zones de récompense du cerveau

La musique augmente à la fois l’immunoglobuline A, et le nombre de cellules tueuses naturelles (les cellules qui attaquent les envahisseurs), germes et bactéries.


"La musicothérapie permet l'accès à certaines zones cérébrales qui fonctionnent encore chez le patient alzheimer. Il est indispensable d'associer aux médicaments la musique comme moyen thérapeutique. Cette efficacité a été démontrée" Dc Jacques Touchon. Neurologue, Professeur des Universités, Chef de service de neurologie au C.H.U. de Montpellier

Hervé Platel, professeur de neuropsychologie à l’Université de Caen, est l’un des premiers à avoir identifié les réseaux cérébraux impliqués dans la perception et la mémorisation de la musique, et notamment sur les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.Dépression, AVC, Alzheimer, fin de vie…


Les effets thérapeutiques de l’art sont de mieux en mieux établis. Les dernières études montrent même que la musique a le pouvoir de stimuler la neuroplasticité.


Malgré le fait que pendant des siècles et des siècles la musique a été utilisée pour activer les processus de guérison chez les personnes affaiblies, le concept de la musique comme thérapie n’a pris son essor qu’au début des années 2000, des études prouvant sa fréquence dans tout. Aujourd’hui, de plus en plus d’hôpitaux et de cliniques intègrent la musique dans le traitement de divers troubles et états pathologiques.



La Troisième Note





Catherine Piault